Par défaut

Je lance des phrases mais je connais aussi

l’élan de ma peau vers la personne que j’aime, désire et qui m’embrase

 

Je tisse des mots et vis aussi

le mystère d’une vie qui se tisse à l’intérieur de moi

 

J’arrondis mes vers comme s’arrondit

la chaleur de ma main sur le front de mon enfant

paré d’étoiles et qui s’endort

doucement

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s