Archives Mensuelles: septembre 2016

écrire…

Par défaut

Je me souviens d’un jour où je m’étais assise au soleil

sur un muret de ciment

devant un grand arbre

qui abritait de son ombre

les balançoires d’un jardin d’enfant

 

J’avais accouché depuis trois ou quatre mois

et c’était mes premières sorties

seule, à vélo

-plaisir de remonter sur un vélo, le vent!

 

Je respirais le printemps

le renouveau

des feuilles, de l’air, des fleurs

Le renouveau en moi

de forces et de lumière

 

Je me souviens aussi du jour où j’avais mangé des huîtres sur un parking

-lors de ma première année à Bordeaux, quand je promenanis ma liberté le long des soirs

m’arrêtais dans les librairies

lisais dans les cafés

allais au cinéma

 

Toutes ces années ont été baignées, mêlées, tissées de mots et de création

Chaque jour était baigné par l’art

 

Aujourd’hui, tandis que je suis allongée et que mon esprit se projette, sans relâche

vers la semaine à venir

les cours que je ferai

les élèves que j’aurai

je mesure ce que serait, pour moi,

une vie sans écriture

 

Une vie que ne viendrait pas

mouiller

rafraîchir

assouplir

le baume des mots

la coulée profonde

qui donne forme et relief

isole et pare

les moments de ma vie

 

Sêche serait ma main

Secs mon poignet, mon bras, ma tête

Secs mes épaules et mes hanches

mon ventre

 

-j’écris, et je sens aux quatre coins de mon corps

des ruisseaux sourdre et se rejoindre

en une cascade de joie

Ma source est toujours vive

qui m’anime

et me donne sens

 

 

 

Publicités